Documentation visuelle du progress au CENTRE MONTESSORI D'HAITI À Liancourt

lors de la cinquième et dernière visite des volontaires Allemands au début Avril 2015 pour finaliser le reconstruction du CENTRE.


Carol Guy-JamesBarratt:

Le CENTRE MONTESSORI D'HAITI une initiative de la Fondation-Peter-Hesse en Hati.

La Fondation Peter Hesse commença son initiative Montessori avec comme objectif l’amélioration de la qualité de l’éducation en Haïti des tout jeunes enfants. Afin de réaliser cet objectif, la Fondation concentra ses efforts dans deux directions : formation des enseignants et ouverture d’établissements préscolaires.

Un centre d’entraînement pour les enseignants «Centre Montessori d’Haïti» fut créé en 1986 afin de former des enseignants à l’enseignement des enfants de 2ans ½ à 6 ans. Une école-modèle d’enseignement Montessori où les professeurs-étudiants peuvent s’entraîner à la Méthode Montessori , est rattachée au centre. Aujourd’hui, cette initiative Montessori déploie un réseau d’écoles préscolaires et de centres d’entraînement pour les enseignants dirigés par des diplômés du « Centre Montessori d’Haïti ».

La Fondation Peter Hesse continue de soutenir son initiative Montessori haïtienne en procurant des bourses aux personnes désirant enseigner aux enfants défavorisés.
Actuellement deux cours sont accessibles aux enseignants : un pour l’obtention du Certificat d’Aptitude Professionnelle et le Cours Préscolaire Montessori. La Fondation aide les diplômés à ouvrir un établissement préscolaire Montessori en leur fournissant des meubles et du matériel didactique et en leur procurant un soutien technique. Jusqu’ici, la Fondation a aidé plus de 52 écoles , ce qui représente en moyenne de 3845 enfants par an.

L’éducation scolaire en Haïti

Plus de 55 % des enfants haïtiens ne vont pas à l’école. Le gouvernement manque de moyens pour permettre une éducation scolaire gratuite, et moins de 25% des écoles existantes sont publiques. Au niveau primaire, le nombre des écoles privées dépasse de 65% celui des écoles publiques , et au niveau secondaire de 85%. Ces écoles privées sont dirigées par des organisations religieuses ou par des organisations non-gouvernementales ou par des personnes privées.

La qualité de l’enseignement varie énormément , car il n’y a pas d’examens standardisés, si ce n’est à la fin du cycle secondaire. De plus, la qualité de l’enseignement est fortement pénalisée par
- des classes surchargées. Une classe comprend normalement 50 élèves ou plus pour un enseignant,
- le manque de livres et d’aides visuelles,
- des enseignants peu formés : plus de la moitié des enseignants (57%) ont un niveau inférieur à celui du secondaire et seulement 0,9% des enseignants ont un quelconque diplôme d’enseignement,
- apprentissage dans une langue étrangère, sans aucun repère. Les enfants parlent le créole à la maison, mais on attend d’eux qu’ils parlent, lisent et écrivent en français à l’école.

Le système d’enseignement public n’inclut pas le préscolaire. Tous les établissements préscolaires sont privés. Cela signifie que les enfants les plus désavantagés au niveau financier sont exclus de l’enseignement à un moment crucial de leur développement, lorsqu’ont lieu la mise en place dans le cerveau des structures et des connections permettant l’apprentissage.
Les écoles haïtiennes traditionnelles ont un besoin immense de se moderniser. Les enfants n’apprennent ni à résoudre les problèmes, ni à penser par eux-mêmes. Apprendre par cœur est le plus souvent la norme et les connaissances se mesurent selon la capacité à redonner le texte mot à mot. Comme les enseignants croient encore que « les enfants doivent être vus mais pas entendus », ceux-ci ne sont pas encouragés à penser par eux-mêmes. Les enseignants considèrent souvent comme une confrontation ou une rébellion la curiosité et les questions posées par l’enfant qui sera alors puni. Cette sorte d’éducation tue toute pensée analytique et rend impossible à la prochaine génération de s’impliquer dans toute politique de la vie. Il est nécessaire de donner à Haïti sur fond de violence, d’émeutes politiques et de désordres civils une nouvelle éducation.

Des établissements préscolaires Montessori aidés par la Fondation Peter Hesse

Dans l’esprit de l’aide à s’aider soi-même, la Fondation Peter Hesse aide les diplômés à ouvrir des écoles Montessori pour les enfants défavorisés, si la communauté locale apporte son soutien de sorte que l’école soit financièrement durable. La Fondation assure la formation des enseignants, procure du matériel Montessori, du mobilier et dans certains cas, restaure ou construit un bâtiment pour le fonctionnement d’une école. Jusqu’à aujourd’hui, la Fondation Peter Hesse a ainsi aidé 52 écoles dans différentes parties d’Haïti. La Fondation apporte également un soutien technique continu ainsi qu’une formation continue et visite les écoles déjà établies. Individuellement des écoles sont visitées selon les nécessités techniques dont ces écoles ont besoin.

Chaque année, pendant « les grandes vacances » - les 5 semaines où il n’y a pas d’école – la Fondation propose des ateliers et des séminaires où les enseignants peuvent apprendre à fabriquer du matériel, à réviser des techniques d’enseignement et à échanger leurs expériences. Cette période est aussi utilisée pour des séminaires à thèmes spécifiques comme l’usage d’Internet, l’enseignement du français langue étrangère, le jardinage, le souci de l’environnement, les techniques de l’art et d’autres sujets susceptibles d’augmenter la compétence des enseignants.

Pourquoi utiliser la méthode Montessori en Haïti ?

Il est prouvé que la méthode Montessori est une bonne solution pour permettre aux enseignants d’un niveau de formation assez bas de travailler d’une manière fonctionnelle en classe, car le matériel Montessori, utilisé correctement, se comprend par lui-même, et les enfants peuvent en déduire des informations par eux-mêmes sans être dépendants de l’enseignant seul.

Le matériel aide donc à combler le fossé entre le langage et l’acquisition des compétences , car il n’y a pas besoin de longues explications pour utiliser le matériel. Apprendre par cœur n’est plus nécessaire puisque le matériel favorise la compréhension. Le matériel compense également le manque de livres, ce qui est le cas dans la plupart des classes haïtiennes , et en plus est économique, car il n’a pas besoin d’être remplacé souvent.

L’ambiance Montessori très ordonnée contraste avec le milieu et l’ambiance improvisés auxquels la plupart des enfants haïtiens sont habitués. Dans les zones urbaines extrêmes, un foyer peut comprendre de nombreux membres d’une famille éloignée qui se partagent un espace très restreint et les enfants sont alors au dernier échelon de la hiérarchie. Dans le milieu Montessori, l’enfant est respecté et a le droit de poursuivre librement les activités de son choix. Cette liberté permet à l’enfant de se sentir bien dans sa peau, de promouvoir son pouvoir de délibération, d’initiative, de choix libre et d’auto-discipline et son affectivité. Dans l’environnement Montessori, chaque enfant est partie prenante d’un groupe et peut influencer ce groupe d’une manière positive.
La méthode Montessori est promotrice de paix. L’histoire d’Haïti est jalonnée d’actes de violence et les enfants d’Haïti ont absolument besoin d’un environnement qui leur procure sûreté et sécurité. L’environnement Montessori est un lieu où les punitions corporelles sont absentes et où l’enfant se sent en sécurité. Le respect mutuel et l’environnement sont essentiels pour faire éclore la conscience et le comportement social au bénéfice du groupe. Les habitudes de comportement social prises au moment où l’enfant construit sa personnalité, l’accompagneront toute sa vie. C’est pendant cette période d’apprentissage de la personnalité que le futur citoyen apprend à appréhender les problèmes avec respect et égard. Ces enfants seront plus tard les preneurs de décision et les leaders pour créer une société de respect mutuel et de coopération essentielle à l’existence d’Haïti.

Bourses

Grâce à un système de bourses, les personnes économiquement faibles seront aidées pour devenir professeurs de préscolaire et pour ouvrir leur propre école. Les critères d’attribution sont bien définis et les boursiers sont sélectionnés suivant la capacité de leur engagement dans les communautés rurales. Les étudiants boursiers signent un contrat par lequel ils s’obligent à enseigner pendant trois ans après la fin de leurs études dans une communauté pauvre. Pendant ces 3 années, ils reçoivent un salaire équivalent à celui des autres professeurs.

Pour obtenir la qualification de professeur Montessori, deux années d’études sont nécessaires.
Pendant la première année, les étudiants participent à un cours qui a pour but de leur apprendre les techniques nécessaires pour bien travailler en préscolaire. Ce cours ne traite pas de la méthode Montessori, mais donne une formation de base dans l’éducation des jeunes enfants. Les élèves ayant suivi avec succès ce cours reçoivent à la fin un « Certificat d’Aptitude Professionnelle à l’enseignement préscolaire ». Pendant la seconde année, les étudiants participent à des cours Montessori préscolaire afin de leur permettre d’obtenir les compétences nécessaires à un professeur ou un professeur-assistant dans une classe préscolaire Montessori. A la fin de ce cours, les étudiants reçoivent, suivant leurs aptitudes, un des trois diplômes suivants : assistant(e), professeur(e) ou directeur/directrice.

Le cours préscolaire Montessori

Le cours préscolaire Montessori a pour but de permettre aux étudiants d’obtenir les compétences nécessaires à un professeur ou professeur-assistant dans une classe préscolaire Montessori.

Une connaissance de base du développement du jeune enfant est une condition préalable pour ce cours. Lors des études, la philosophie Montessori ainsi que ses conséquences pratiques seront enseignées.

Les élèves auront différentes tâches à accomplir. Le formateur leur donnera des conseils pour remplir ces tâches et les étudiants devront être capables de les achever par eux-mêmes. Il est attendu des étudiants qu’ils fassent preuve d'initiative, de responsabilité et de capacité à travailler seuls afin de programmer et planifier toutes les tâches et devoirs suivants :
- stage de 35 jours - expérience pratique dans une école Montessori,
- concevoir et créer du matériel didactique – savoir utiliser et profiter des matériels existants et en créer d’autres suivant les besoins des enfants,
- concevoir un programme approprié à des enfants d’âge préscolaire. Les élèves auront à présenter un schéma d’activités d’apprentissage incorporant différents sujets assurant l’interdisciplinarité et apprenant aux enfants à connaître le monde et l’interrelation de toutes choses. Ces activités seront décrites par l’élève dans un manuel de référence qu’il pourra alors utiliser plus tard dans sa vie d’enseignant.

La durée du cours est d’une année académique. A la fin du cours, une évaluation à plusieurs niveaux aura lieu afin de déterminer la réussite de l’étudiant: examen professionnel écrit et oral, performance de l’enseignement pendant le stage, documentation réunie par l’étudiant concernant l’apprentissage d’enfants préscolaires, et quatre exemplaires de matériel didactique conçu également par l’étudiant lui-même.

L’étudiant recevra un des trois diplômes suivants selon son niveau :
- assistant (ce diplôme permet au diplômé d’assister un professeur Montessori qualifié en Haïti),
- professeur (ce diplôme permet au diplômé d’enseigner dans une école Montessori en Haïti),
- directeur/directrice (ce diplôme permet au diplômé de diriger une école Montessori en Haïti et d’enseigner dans toute école Montessori).

APTITUDE PROFESSIONNELLE EN EDUCATION PRESCOLAIRE

« Aptitude professionnelle en éducation préscolaire » est un cours qui permet aux étudiants d’obtenir les compétences nécessaires et requises pour enseigner comme professeur dans une classe préscolaire. Ce cours encourage les étudiants à apprendre, à l’aide d’expériences guidées, plutôt que par des cours d’instruction qui demandent l’apprentissage d’un certain contenu. L’objectif, apprendre par des expériences guidées, permet aux étudiants de construire eux-mêmes leurs connaissances, d’apprendre à raisonner et à résoudre les problèmes plutôt que de mémoriser « la bonne réponse » et de répéter des informations, sans avoir compris leur sens, comme cela est l’habitude en Haïti.

Les professeurs-étudiants travailleront en groupe pour compléter le contenu des cours et ils profiteront alors en apprenant et en enseignant aux autres. Ils auront alors la possibilité d’observer comment les autres professeurs-étudiants accomplissent la tâche, ils pourront comparer les façons de résoudre les problèmes, augmenter leurs connaissances, trouver les relations entre des faits, organiser et transmettre l’information plus efficacement.

Une majeure partie du cours consistera à prévoir des activités appropriées à un programme préscolaire, telles que les activités pour l’alphabétisation et le langage, l’art et l’habileté manuelle, le développement social, des notions de géographie, d’histoire et de sciences. Les professeurs- étudiants rassembleront ces documents dans un ouvrage qui leur servira plus tard d’ouvrage de référence quand ils commenceront à enseigner. Cet ouvrage comprendra également des documents pour la gestion de la classe, documents qu’ils auront préparés et créés pendant le cours.

Des tests périodiques de compétence ainsi qu’une évaluation continue, formelle et informelle, du travail individuel et en commun permettent aux étudiants de mesurer leur savoir et de juger par eux-mêmes de leurs forces et de leurs faiblesses. A la fin du cours, le succès à l’examen de l’étudiant sera déterminé par les critères suivants : présence active, tâches réalisées, performance dans les activités de groupe, compétence et pertinence du savoir, tout cela permettant un fonctionnement effectif dans une classe de préscolaire.

Les étudiants ayant achevé avec succès le cours obtiendront un « Certificat d’Aptitude Professionnelle à l’Education Préscolaire » avec les mentions suivantes : Très Bien, Bien et Assez Bien. Les étudiants ayant un résultant situé entre 60% et 70% recevront un certificat avec la mention « insuffisant ».
Les étudiants ayant réussi passeront en deuxième année pour se spécialiser en éducation préscolaire Montessori. La durée de ce cours est d’une année académique.

Durabilité

Protéger la qualité de l’éducation Montessori en Haïti pour faire face au standard international est un défi énorme. Pour une grande partie, la tenue du matériel et la qualité de l’enseignement dépendent des personnes responsables de l’école et de la valeur qu’ils donnent à l’éducation.

Il existe deux attitudes face à la qualité. Il y a ceux qui pensent que la quantité est plus importante que la qualité et qui inscrivent autant d’enfants que possible, comme cela est l’habitude dans l’enseignement haïtien où une classe compte 60 enfants ou plus. Cela est aux dépens de la qualité et la conséquence est que les enfants quittent ces écoles avec peu de compétences et ne sont pas préparés à suivre des niveaux plus élevés d’enseignement. La plupart de ces enfants n’auront alors accès qu’à des travaux mal payés et ne seront pas capables de sortir du cycle de la pauvreté.

Il y a ceux qui misent sur la qualité et inscrivent un nombre raisonnable d’enfants qui, alors, bénéficient d’une instruction individuelle en petits groupes. Ces enfants réussiront mieux à l’école primaire ainsi que dans le secondaire et continueront à des niveaux plus élevés.
30% des enfants de la première promotion de l’école-modèle de la Fondation suivent maintenant des cours à l’université. Ces enfants trouveront ainsi des emplois mieux payés qui leur permettront d’améliorer le standing de vie de leurs familles et d’eux-mêmes.

Environ 13% des écoles soutenues par la Fondation Peter Hesse sont revenues à la méthode traditionnelle. Ces écoles ont des classes surchargées et les professeurs qui ont durant leur vie scolaire tout appris par cœur, ont tendance à retomber dans ce système. Instinctivement ils retombent dans la punition corporelle et traitent les enfants plus comme un troupeau que comme des individus.

En général, ce sont les écoles appartenant à des institutions et changeant souvent d’administrateurs qui sont les plus vulnérables. Dans certains cas, des écoles sont retournées à la méthode traditionnelle. Le nouvel administrateur a eu l’impression que le fait d'incrire 60 enfants dans chaque classe signifiait que plus d’enfants avaient alors la possibilité d’aller à l’école. Ces enfants allaient alorsà l’école pour apprendre et non pour jouer et qu’ils n’avaient pas besoin de « jouets ». Certains qui ne connaissent que les méthodes traditionnelles d’enseignement associent le matériel didactique standard Montessori à des jouets, parce qu’ils ne comprennent pas la démarche d’enseignement de ces idées de base. Dans ce cas, le matériel didactique Montessori est retiré de la classe et le tableau noir et la baguette sont remis à l’honneur.

Les écoles dirigées par des professeurs remplissent mieux leur tâche. La raison en est que le professeur en a immédiatement la responsabilité et qu’il doit trouver des fonds pour subvenir aux besoins de l’école. C’est ainsi que les enfants , qui en ont les moyens, doivent payer un écolage (les frais d’écolage correspondent en général au niveau des revenus d’une zone particulière) , tout en calculant les frais de bourses octroyées aux enfants qui ne peuvent pas payer. Environ 50% des enfants inscrits dans ces écoles reçoivent une bourse, ceci étant la condition pour l’école de recevoir matériel et assistance financés par la Fondation Peter Hesse. Ce système assure donc non seulement la durabilité de l’école qui s’autofinance, mais assure aussi la qualité de l’enseignement, puisque le professeur risque de perdre les enfants payant l’écolage si l’école a une mauvaise réputation.

La qualité de l’enseignement des professeurs qui ne se sont pas écartés de la philosophie Montessori reste bonne. Ces professeurs sont importants et répondent à l’objectif global d’améliorer la qualité de la stimulation et de l’éducation des enfants d’âge préscolaire dans ces zones. En dépit des nombreux obstacles, beaucoup a été fait. Le véritable succès est que beaucoup d’enfants ont maintenant cassé le cycle du mauvais apprentissage et ont maintenant une meilleure estime d’eux-mêmes, confiance en eux-mêmes et ont acquis des compétences pour résoudre les problèmes. Les parents sont conscients qu’il existe une alternative au système scolaire traditionnel. La preuve en est dans le nombre très bas d’échecs, 7%, dans ces écoles.

Ces résultats sont encourageants, et la Fondation veut continuer à atteindre encore plus d’enfants en procurant aux écoles bien établies dans leur communauté des professeurs bien formés. Pour aider ces écoles, la Fondation fournira les meubles et l’équipement nécessaires, et dans certains cas, elle supportera les coûts de construction ou de transformation. La Fondation continuera à s’assurer de la qualité de l’enseignement par le biais de visites techniques régulières et d’assistance concrète pour l’amélioration de ces écoles.

Historique de l’initiative Montessori en Haïti

Si l’on fait exception d’une école pour l’élite, l’enseignement Montessori était généralement inconnu en Haïti jusqu’à sa propagation par la Fondation Peter Hesse.

En 1985, la Fondation a sponsorisé, en collaboration avec FONDEV et l’Institut Pédagogique National (IPN), un séminaire de 41 participants venant de 20 établissements d’enseignement , dans le but de rendre l’enseignement Montessori plus facilement accessible aux enfants haïtiens pauvres. Les éducateurs ont suivi des cours à l’IPN et ont reçu une expérience pratique avec les enfants de l’actuelle école préscolaire de Sainte-Suzanne. Les éducateurs qui ont suivi le séminaire ont montré un grand intérêt dans la méthode Montessori et ont exprimé leur accord pour améliorer la qualité de leur enseignement.

Le feedback a encouragé la Fondation à établir un programme Montessori qui aurait un impact sur la qualité de l’enseignement en Haïti. Dans ce but, la Fondation a concentré ses efforts dans deux directions : la formation des professeurs et l’ouverture de pré-écoles. Ceci a conduit à la création du « Centre Montessori d’Haïti », centre de formation pour professeurs, et à un programme d’assistance à l’installation de pré-écoles pour enfants pauvres grâce à des fonds de mise en route, à une assistance technique continue et à un soutien au développement professionnel des professeurs.

En octobre 1986, en collaboration avec l’Université Roi Christophe, la première classe pour enfants et un cours de formation pour professeurs ont été ouverts dans les locaux de l’école du Saint-Esprit dans la ville de Cap Haïtien. Un groupe de 38 diplômés de la première promotion du centre de formation pour professeurs, et d’étudiants de l’Ecole Normale de Port-au-Prince ont pris le chemin de Cap Haïtien, logeant à l’hôtel pour suivre ce cours. Mais tous les professeurs n’ont pas cette possibilité, et en réponse à la demande de formation Montessori pour professeurs dans la capitale, le cours a été transféré à Port-au-Prince en 1987. Une pré-école modèle a été également ouverte là. La pré-école Montessori du Saint-Esprit continue de fonctionner, et deux autres pré-écoles, l’une à Trou du Nord et l’autre à Sainte-Suzanne ont été fondées grâce à l’aide financière de la Fondation. Des diplômés de la première promotion gèrent ces écoles.

La Fondation a continué ses activités Montessori en louant, il y a deux ans, des locaux à Bourdon. Pendant cette période, 54 étudiants ont reçu leur diplôme de formation et 6 autres pré-écoles pour enfants défavorisés ont été fondées par des diplômés Montessori avec l’aide de la Fondation.

En 1990, suite à la demande accrue pour la formation Montessori, la Fondation a déménagé dans des locaux plus spacieux situés au coin de la Rue Moise et de la Rue Lamarre à Pétionville, au-dessus des bureaux de l’évêque de l’église épiscopale. L’accord prévoyait que la Fondation paierait la construction d’un troisième étage, qui serait alors utilisé par la Fondation pour la formation des professeurs. C’était un contrat pour cinq ans avec renouvellement tacite après la cinquième année. Malheureusement un nouvel évêque fut élu et le contrat ne fut pas renouvelé.

En 1996, la Fondation fut obligée de déménager dans de nouveaux locaux qu’elle loua au coin de la rue Fremy et de l’avenue John Brown à Bourdon. Pendant cette année-là, au lieu de former des professeurs, une évaluation des 31 pré-écoles et bénéficiaires du programme d’aide entre 1985 et 1996 fut faite.

Suite aux résultats de cette évaluation, des améliorations furent faites pour satisfaire aux exigences du nombre croissant d’enfants dans les écoles, qui avait doublé ou triplé, en procurant de nouveaux meubles, du matériel et quelquefois en rénovant des bâtiments. Du matériel d’apprentissage de la langue pour les enfants ainsi que 3 manuels pour les professeurs- étudiants virent le jour pendant cette période.

En 1997, après la pause d’un an, la formation des professeurs reprit dans les locaux exigus de Bourdon avec une promotion de 16 étudiants. Afin de pouvoir former plus de professeurs, la Fondation travailla dans deux autres centres, un rue Nathan à La Pleine de 1998 à 2001, et un autre Ruelle Waag de 1999 à 2001 à la formation des professeurs.

Entre 1986 et 2001, la Fondation forma 531 professeurs et professeurs- assistants et aida à l’établissement de 45 pré-écoles par son programme d’aide. En même temps, la Fondation réussit à sensibiliser les milieux à l’importance de l’enseignement par la méthode Montessori en tant qu’alternative à la méthode traditionnelle de mémorisation, ainsi que de l’importance d’une éducation de la jeune enfance en général. Le résultat était évident, vu le nombre d’écoles Montessori privées qui surgirent dans et autour de la capitale.

Le but de la Fondation était dès le début de former du personnel local exerçant des fonctions qui permettrait aux activités Montessori de continuer sur une base uniquement locale. En 2001, la Fondation a atteint son but , faire de l’initiative Montessori un projet haïtien, fonctionnant indépendamment , lorsque la direction du centre de formation de la Fondation, « Centre Montessori d’Haïti », fut remise officiellement à un formateur haïtien, rue Clermont à Bois Vernet.

Lorsque l’initiative Montessori commença en 1986, il s’agissait d’un simple centre de formation pour professeurs, « Le Centre Montessori d’Haïti » et d’une classe de préscolaire. Le programme de formation et la classe préscolaire étaient tous les deux dirigés et tenus par Carol Guy-James Barratt, native de Trinidad, et représentante de la Fondation. Aujourd’hui les cours de formation des professeurs et toutes les pré-écoles sont dirigées et tenues par des Haïtiens. Pour être sûr que la formation des professeurs soit de qualité, les professeurs- étudiants de tous les centres de formation subissent à la fin de l’année académique un examen élaboré par la Fondation. Les étudiants qualifiés reçoivent alors un diplôme d’enseignement délivré par la Fondation.

En 2002, la Fondation lança un programme mobile de formation pour atteindre des professeurs éventuels dans les zones rurales et qui sont dans l’incapacité de venir à Port-au-Prince suivre le cours de formation. La Fondation a affecté alors un formateur dans une ville ou un village à l’extérieur de la capitale, pour former une promotion de professeurs. Puis le formateur, lorsqu’il a formé un groupe de professeurs dans cette ville ou ce village, change d’endroit. La formation mobile fonctionne parallèlement à celle de Port-au-Prince et suit le même programme. Les étudiants passent le même examen élaboré par la Fondation.

Une formation mobile a eu lieu en 2002 à Liancourt, de 2002 à 2004 à Oswald Durand, de 2002 à 2005 à Cap Haïtien et en 2006 à Kenscoff. En octobre 2004, Oswald Durand décida d’avoir un centre permanent de formation, d’élaborer ses propres examens et de délivrer ses propres diplômes sans la collaboration de la Fondation.

En 2004, la Fondation ouvrit un nouveau cours de formation pour les professeurs-étudiants, le « Certificat d’Aptitude Professionnelle en Education Préscolaire » (CAP) qui leur permet une meilleure approche du programme Montessori et d’obtenir ainsi la possibilité d’être professeurs Montessori dans tout milieu préscolaire. Ce cours fut ajouté pour aider tout spécialement les professeurs-étudiants qui ont eu moins de scolarité que leurs homologues plus chanceux. Ces professeurs sont importants pour l’objectif global afin d’améliorer la qualité de l’enseignement des enfants préscolaires dans leur zone. Le cours de CAP dure une année académique, suivie d’une année de spécialisation de formation préscolaire Montessori.

En 2006/07, au total 31 participants attachés au programme de la Fondation ont suivi les cours de formation Montessori. Depuis le début de ce programme en 1986, un total de presque mille Haïtiens et Haïtiennes ont participé à des cours. Plus de 3000 enfants bénéficient chaque année de 53 écoles, qui ont reçu de l'aide au départ grâce au programme de la Fondation. Seulement un tiers de ces écoles n'ont pas pu se maintenir pendant les dernières années difficiles en Haïti.

Pendant ces 25 années d’engagement, la Fondation a également créé un matériel d’apprentissage de la langue, fondé sur l’approche didactique de l’enseignement du français comme langue étrangère, puisque les enfants devront savoir lire et écrire en français quand ils entreront dans le primaire. Du matériel didactique pour les sciences a été également créé, ainsi que 3 ouvrages pour les professeurs-étudiants.

En 2007, un guide du professeur a également été publié par la Fondation. Ce livre "Atelier Montessori"* explique la philosophie Montessori et le fonctionnement du milieu préscolaire. Il donne des descriptions détaillées du matériel didactique, son utilisation et ses avantages. Ce livre servira aussi bien de manuel de formation aux professeurs-étudiants que de référence aux professeurs travaillant dans les écoles Montessori et de source d’informations pour les parents. Ce livre sera donc un instrument de contrôle de qualité tout en donnant des informations sur le bon fonctionnement d’une école Montessori.

*En format pdf: Un dépliant de 4 pages sur L'Atelier Montessori.

En pdf: l'article complet de Carol Guy-James Barratt: Montessori en Haiti

Atelier Montessori

En 2007 la Fondation-Peter-Hesse en Allemagne a publié un livre de Carol Guy-James Barratt, "Atelier Montessori" (ISBN 978-3-9811650). Cet ouvrage est surtout conçu pour accompagner la formation et soutenir l'amélioration pratique de l'enseignement préscolaire Montessori. L'Atelier Montessori explique la méthode didactique Montessori et la façon d'utiliser ce matériel en harmonie avec la philosophie Montessori. Il décrit pas à pas le cheminement des activités de l'enfant au cours de sa progression d'apprentissage.

Les 305 pages en grand format A4 avec 263 photos contiennent des articles sur l'importance d'une éducation préscolaire de qualité, sur la méthode Montessori en générale, mais il donne surtout des instructions pour l'utilisation du matériel Montessori de la vie pratique, du matériel sensoriel, de langage, des mathématiques et des disciplines culturelles ainsi que pour l'ouverture d'une école Montessori. En dehors des projets préscolaires de la Fondation-Peter-Hesse, ce livre est vendu pour € 59,- par Nienhuis-Montessori, Industriepark 14, NL-7021 BL Zelhem, The Netherlands, E-mail: info@nienhuis.nl , www.nienhuis.com.

retour en haut